« Terre et Cendres » – Atiq Rahimi

902332

ob_02596d_atiq-rahimiLa minute Bio’ :

Il a 54 ans et est né à Kaboul (en Afghanistan) en 1962, je vous présente Monsieur Atiq Rahimi. Il a une double nationalité, celle afghane et celle française, et ce parce qu’il vécut la guerre d’Afghanistan (de 1979 à 1984 pour lui) avant de se réfugier au Pakistan. En 1984, il obtient un doctorat en audiovisuel à la Sorbonne grâce à l’asile politique qui lui avait été accordé.

Terre et Cendres fut son premier livre, mais aussi son premier long-métrage présenté au festival de Cannes de 2004 et celui-ci obtint un prix. Celui du Regard vers l’avenir.

Syngué sabour, Pierre de patience eut le prix Goncourt en 2008 ; et est – contrairement à ses prédecesseurs – écrit en français car :

Il me fallait une autre langue que la mienne pour parler des tabous.

Et bien sûr, il adapte aussi ce livre en film en compagnie de Jean-Claude Carrière en 2011.

 

Année de parution : 2000

Résumé éditeur :

Un pont, une rivière asséchée dans un paysage désolé, la guérite d’un gardien mal luné, une route qui se perd à l’horizon, un marchand qui pense le monde, un vieillard, un petit enfant, et puis l’attente. Rien ne bouge ou presque. Nous sommes en Afghanistan, pendant la guerre contre l’Union soviétique. Le vieil homme va annoncer à son fils qui travaille à la mine, le père du petit, qu’au village tous sont morts sous un bombardement. Il parle, il pense : enfer des souvenirs, des attentes, des remords, des conjectures, des soupçons… C’est une parole nue qui dit la souffrance, la solitude, la peur de n’être pas entendu.

 

1075297-gf

 

Mon avis :

C’est un livre qui est à la fois repoussant et envoûtant.

En effet, lorsqu’on commence à le lire, le narrateur nous tutoie comme si on était le personnage principal de l’histoire. J’avoue avoir été dérangé au début par ce style d’écriture, mais au bout de la troisième page, j’étais réellement entré dans le personnage. Si bien que je n’ai pas pu me résoudre à me détacher du livre avant la fin.

Dans son livre, Atiq Rahimi nous prends à témoin de la violence des faits, et de l’impact que ça pourrait avoir sur les habitants. Dès le début, on se pose la question du pourquoi il se passe tel ou tel événement… Et au fil des pages, on en apprend plus sur ce vieil homme, ce petit enfant, ce gardien et ce marchand…

On se rend facilement compte de la difficulté de l’histoire des deux protagonistes principaux… Mais ce n’est que plus tard que l’histoire touchante du marchand nous est révélée… Cependant, la narration nous a tellement aspirée que nous pensons tel le personnage principal, dans une symbiose totale. Mais comme on s’attache tellement rapidement aux personnages, on ne peut s’imaginer tant de souffrances en si peu d’êtres…

De plus, dans ce livre, on a tout un côté sur la philosophie de la guerre, et surtout sur ce qu’est la tristesse et comment la ressentir. Atiq Rahimi associe chacune des formes ressenties de la tristesse à ses personnages, les rendant d’autant plus réels… Mais aussi d’autant plus attachants…

Ce livre est d’autant plus touchant que l’auteur a fait le choix de décrire un paysage plutôt triste avec des montagnes, une rivière tarie, en parlant de mine de charbons et faisant beaucoup d’illusions au charbon à la fois des illusions olfactives telles que visuelles…  De plus, avoir fait ce choix de description du paysage permet aussi de se l’imaginer plus facilement et donc de se rapprocher de ces personnages tellement intéressants…

Cependant, je remarque quelques petits bémols dans son livre… Notamment sur l’histoire et la chronologie de l’histoire. En effet, on peut très vite se perdre puisqu’il nous faut réussir à jongler entre le présent, les flash-backs, et les pensées du vieil homme… La frontière établie entre le passé et le présent peut être parfois très floue et nous faire nous questionner… Malgré un magnifique style d’écriture qui pourrait faire penser à une poésie en prose, j’ai trouvé que Atiq Rahimi nous perd à certains moments avant de pouvoir nous retrouver un peu après. Mais les autres points permettent amplement de corriger ce petit défaut…

Citations :

Les hommes ont perdu toute dignité. Le pouvoir est leur foi, au lieu que la foi soit leur pouvoir. Il n’y a plus d’homme digne de ce nom, il n’y a plus d’hommes valeureux.

 

Tu sais bien, mon ami, dans ce pays, si tu te demandes pourquoi, il faut commencer par faire parler les morts dans leurs tombes.

Ma note :

Atiq Rahimi à travers ce livre m’a donné envie d’en découvrir plus sur son univers, malgré le petit bémol du « point de vue » de l’histoire (comme dit plus haut), je lui mets quand même la note de :

                                                  A

 

Bon après, ne vous étonnez pas non plus que ce livre vous a fait pleurer, ou vous a rendu triste, je crois que c’était le but afin de nous faire nous rendre compte de la chance qu’on peut avoir d’avoir une famille même si celle-ci est chiante, ou autre… De même que ça permet de savoir les souffrances que peuvent endurer une famille suite à la perte de proches… Le fait de devoir parler de ce qui s’est passé à un autre membre de la famille peut aussi être le plus difficile comme on l’apprend dans ce livre… Atiq Rahimi, à travers le vieil homme définit cet acte par la phrase suivante :

Je vais enfoncer un poignard dans le coeur de mon fils!

 

Voulez vous un avis sur le film ? Alors, cliquez ici !

4 réflexions au sujet de « « Terre et Cendres » – Atiq Rahimi »

  1. coucou Alex, bien ca a l’air passionnant, apre pas simple lorsque les temps présent / passé et des flashback s’entremêlent, bq de romans sont ainsi… c est parfois tres necessaire. biz

    J'aime

  2. Ping : « Terre et Cendres » – Atiq Rahimi (le film) – Les Loisirs De La Vie

  3. Ping : LMB – Atiq Rahimi – Les Loisirs De La Vie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s