« L’histoire sans fin » – Michael Ende

La minute Bio’ est ici, mais vous trouvez pas que c’est comique? M. Ende écrit un livre où il y a « sans fin » dans le titre! Un petit comique de situation mais j’aime ça 🙂

9782253035985.jpg

Année de parution : 1979

Résumé couverture :

Bastian, un garçon de ix ans, déroba un jour un livre ancien qui le fascinait et se réfugia au grenier pour le lire. Un livre pas comme les autres… Il y était question d’un paysfantastiqueoù vivaient une toute petite impératrice, des elfes, des monstres, un garçon à la peau verte… Un pays menacé de mort et rongé par un mal étrange. Et voilà que Bastian, irrésistiblement, entrait dans l’histoire, une histoire fantastique qui recommençait avec lui, L’histoire sans fin

 

Mon avis :

Tout d’abord, une véritable surprise pour moi. En effet, je ne savais pas qu’il existait en livre puisque je ne faisait que le regarder étant petit. Cependant, un jour alors que je rentrais chez moi, je l’ai trouvé et je l’ai eu gratuitement. Des personnes avaient jeté ce livre (ainsi qu’un autre que je n’ai pas encore lu) dans une poubelle. Les gens n’ont pas de coeur. Les deux livres étaient en excellent état. Si seulement on pouvait avoir un radar de livres jetés ou abandonnés le monde se porterait mieux. Enfin pour ceux qui aiment lire…

Revenons à nos moutons. A travers une plume simple et descriptive, Michael Ende m’a emmené dans un univers que je connaissais déjà. Mais à la place de ne faire que regarder cet univers, j’y avais été happé ! Je suis entré dans le livre à la fois avec l’envie d’en découvrir plus sur cet univers que j’avais découvert dans le film cependant j’ai quelque peu rechigné à le lire, j’ai hésité j’avais peur que le film et le livre soient trop similaires.Et là, quand j’ai commencé à rentrer dans le livre, je me suis réellement rendu compte que le film n’était qu’un point de vue d’une personne et qu’on pouvait voir des morales dans chaque chapitres ou presque chaque.

Dans son livre, Michael Ende nous fait une éloge du fantastique et de l’imagination, mais surtout de l’effet que ça peut avoir sur les Hommes. Derrière une histoire très enfantine se cache un réel essai philosophique sur les besoins des Hommes et ce qui peut permettre aux Hommes de se « libérer » un peu de leur propre enveloppe. Il explique aussi bien les bienfaits de la lecture et des choses fantasques, que les effets secondaires que cela peut provoquer dans notre monde. Il joue un peu un rôle de psychologue qui explique aux parents la dangerosité du monde réel pour leur enfant mais aussi celle du monde imaginaire. Il essaie de nous expliquer qu’il faut trouver un juste milieu dans tout ça pour qu’on puisse continuer à être Humain tout en pouvant continuer à s’épanouir.

J51NQ7NBYXAL.jpg‘ai beaucoup pensé tout du long de ma lecture que j’étais vraiment Bastian puisque je me suis retrouvé dans cet enfant. Cela m’a donc fait prendre conscience de l’effet bénéfique que cela pourrait avoir si j’étais ne serait-ce qu’un peu en dehors de ma bulle. J’ai beaucoup stressé dans la seconde partie du livre puisque je ne la connaissais pas du tout. J’ai pris peur pour les personnages, j’ai éprouvé de la pitié pour Atreju et Fuchur quand certains événements se passaient. J’ai même haïs Bastian dans cette deuxième partie puisqu’il ressemblait réellement à ce que j’avais envie d’être. C’est un peu comme si Michael Ende avait réellement écrit cette histoire pour moi en prenant un héros tel que moi. J’ai pris peur pour ça aussi puisque c’est la première fois que je me rend compte que je peux ne pas être unique et qu’il y a d’autres personnes plus ou moins comme moi.

Ce livre m’a beaucoup fait réflechir sur moi-même, et je crois que je lui en suis reconnaissant…

De plus, il a une présentation des plus originales qui m’a énormément plu. Au début de chaque chapitre, il y a une illustration sur laquelle se trouve des minis-spoils du chapitre qu’on s’apprête à lire. J’ai trouvé que ça rendait le livre plus accessible et aussi plus enfantin …

Mais je n’ai plus qu’une seule chose à vous dire sur ce livre, et c’est que si vous en avez l’occasion, lisez le, dévorez le, aimez le. Ce livre peut être votre vous que vous cachez. Et pour info, je ne pouvais pas le lâcher durant toute ma lecture.

 

Mes citations :

Qui n’a jamais passé tout un après-midi sur un livre, les oreilles en feu et les cheveux en bataille, à lire et lire encore, oublieux du monde alentour, insensible à la faim et au froid –
Qui n’a jamais lu en cachette, sous la couverture, à la lueur d’une lampe de poche, parce qu’un père ou une mère ou quelque personne bien intentionnée avait éteint la lumière, dans l’idée louable que le moment était maintenant venu de dormir puisque demain il faudrait se lever tôt –
Qui n’a jamais versé, ouvertement ou en secret, des larmes amères en voyant se terminer une merveilleuse histoire et en sachant qu’il allait falloir prendre congé des êtres avec lesquels on avait partagé tant d’aventures, que l’on aimait et admirait, pour qui l’on avait tremblé et espéré, et sans la compagnie desquels la vie allait paraître vide et dénuée de sens.

 

Les désirs ne sont pas des choses que l’on peut susciter ou réprimer à sa guise. Il viennent du fond de nous-mêmes, de bien plus loin que toutes les intentions, fussent-elles bonnes ou mauvaises. Et ils se forment sans qu’on s’en rende compte.

Pour conclure cet article, juste foncez acheter ce livre ou le trouver, c’est une petite perle dans son genre.

Dites-moi si vous l’avez lu dans les commentaires ! ↓ Et à la prochaine !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s