« Le procès » – Franz Kafka

LMB

 le-proces-214703.jpg

Année de Parution : 1925

Résumé éditeur :

Joseph K., employé de banque modèle et sans problème, est arrêté un matin par des inconnus vêtus d’un uniforme de voyage. K. reste pourtant libre de continuer à vivre comme si rien ne s’était produit, mais il est sans arrêt surveillé et épié par trois de ses collègues de travail. Pensant, au début, que tout cela n’était qu’une vile plaisanterie, K. ne tient pas compte de ce qui se passe. Intrigué par l’absurdité de la situation, il interroge les policiers sur son arrestation et n’obtient aucune réponse : c’est alors qu’un sentiment de culpabilité s’empare de lui. Pour montrer que tout le monde se trompe à son sujet, il accepte de venir à toutes les convocations et de comparaître devant le tribunal. Angoissé, il cherche par tous les moyens à s’innocenter et commence alors à négliger son travail. Sur le conseil de son oncle, il engage un avocat qu’il va renvoyer par la suite à cause de son inefficacité, ce qui le contraint à assurer lui-même sa propre défense devant la Cour de Justice… Un roman d’une modernité absolue, la grande Oeuvre kafkaïenne : les situations sont impossibles, les personnages irréels, l’histoire peu plausible, et pourtant nous savons tous, lorsque nous lisons ce texte, que Kafka nous parle profondément, véridiquement, de nous, de la société, de ce drôle d’animal social qu’est l’homme.

Mon avis :

Un livre dont j’en attendais trop. Une première plongée dans l’univers de cet auteur plus que passionnant. J’ai été rapidement absorbé par l’histoire. En effet, j’ai trouvé très intéressant de voir le point de vue de l’auteur par rapport à la justice. Durant tout le livre, on avait les mêmes informations que le protagoniste principal. Ce qui fait que nous nous retrouvons à avoir le même jugement que celui-ci tout du long. Le petit bémol du livre fut que j’ai trouvé que le rythme du livre ralentissait au fur et à mesure que nous avançons dans l’histoire. Cependant, connaissant maintenant la fin ce petit bémol a été transformé en quelque idée de génie. Mais je ne vous en dit point plus sur la fin car je préfère vous laisser la découvrir par vous même (et si je vous la raconte, l’histoire perd tout son intérêt.)

franz-kafkaL’auteur sachant qu’il a été dans le droit une majeure partie de sa vie, je trouve que c’est d’autant plus intéressant que de savoir l’avis de quelqu’un qui était réellement dans le milieu décrit par celui-ci. Il était aussi plaisant de se mettre dans la peau de K.. puisqu’on pouvait enfin se rendre compte de ce qui se passait à la fois dans sa tête mais aussi dans l’actualité. Parce que, oui, je n’ai entendu parler de loi travail qu’il y a peu. Alors j’ai commencé à chercher sur les réseaux sociaux, dans ma famille, etc et je me suis aperçu qu’ils avaient tous un avis tranché sur la question. Cependant je n’avais jamais de réponse. En leur demandant : « Qu’est-ce que la loi travail? » Ils me répondaient soit : « De la merde » avec quelques éléments le prouvant, soit : « Un avantage » avec aussi des arguments. Mais je n’entendais que les mêmes arguments qui étaient un peu bancaux. Et là je me suis rendu compte que l’Homme moderne est dans la même situation que M. K… qu’il ne saura jamais rien réellement de la loi sauf si ils deviennent juges.

Je vous avouerai que le livre je l’ai dévoré au début. Mais au fur et à mesure que j’avançais dans le roman, j’ai soulevé quelques questions à la fois auprès de ma famille, mais aussi de moi même. Il était intéressant de voir que ce qui pouvait être dit dans le livre puisse se révéler potentiellement vrai. Cependant durant ma lecture, il y avait une chose qui me turlupinais… C’était le fait qu’il faille corrompre le juge. Dans notre société, ils nous est interdit. Par contre, ce ne peux être que la « seule » solution pour être « acquitté »… J’ai trouvé ce point de vue louche mais à la fois très pertinent. Louche puisque c’est interdit, mais pertinent car ça se révèle être vrai pour les personnes les plus riches.

Bref, ce livre m’a ouvert les yeux sur le monde qui m’entoure et sur tout ce système judiciaire, de lois, etc… C’est comme une sorte de roman initiatique sans l’être réellement. On ressort de cette lecture un peu comme changé. C’est pour cela que je conseillerai à tout le monde de le lire. Cela pourrait inciter les gens à se diriger vers l’information, les lois et même ils pourraient arrêter de juger sans savoir ! A la fois du point de vue des lois et autres mais aussi du point de vue des autres. Cet ouvrage est un ouvrage disant qu’il ne faut pas s’arrêter à son premier jugement mais voir si il ne peut point changer dans le futur.

Mes citations :

 » Il n’est rien qui ne relève de la justice!

– Première nouvelle « , fit brièvement K…

La portée générale de la réflexion du peintre enlevait tout caractère inquiétant à sa remarque.

 

J’ai lu un jour une très belle formule qui caractérise parfaitement la différence qu’il y a entre l’avocat des causes ordinaires et celui des causes dont je m’occupe maintenant : le premier conduit son client jusqu’au jugement par un fil, mais l’autre le prend sur ses épaules dès le début et le porte, sans le déposer, jusqu’au jugement et même plus loin.

 

Et vous ? Vous avez maintenant la parole !

6 réflexions au sujet de « « Le procès » – Franz Kafka »

  1. Ping : LMB – Franz Kafka – Les Loisirs De La Vie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s