« Pensées détachées suivi de Fragments sur les femmes » ~ Jules Barbey d’Aurevilly

Pour la LMB, c’est par ici !

pensesdtach00barbuoft_0009

Cet ouvrage rassemble toutes les pensées que Barbey a pu avoir et mettre par écrit avant de mourir. Dans celles-ci, il fait allusions à tout les sujets possibles et inimaginables. Cependant les sujets principaux de la première partie étaient l’aristocratie, le système politique de l’époque, et la vie en général.

Etant friand des oeuvres de Barbey, j’ai commencé à lire tous les jours une des pensées écrites et ce dans l’ordre. Cependant, il aurait été mieux de lire d’abord celles qui traitaient du même sujet en même temps puis le lendemain celles sur un autre sujet puisque cela pourrait être le plus intéressant. Mais les pensées de Barbey sont répertoriées pour la plupart dans l’ordre chronologique des documents.

Après lire des pensées de personnes est très intéressant je trouve pour apprendre à la connaître, et connaître ses points de vue sur la société ou des éléments de la société. En revanche devoir en parler est toujours très difficile puisqu’on évoque une pensée sur une pensée (c’est le Inception de la pensée…). De nos jours les pensées ont évoluées, de plus pour avoir une vraie pensée de l’époque, il faudrait lire plusieurs ouvrages parus dans les mêmes années, d’auteurs différents, et noter les points communs et différences entre toutes les oeuvres.

Pensees-detacheesCependant ce genre de lecture amène à la réflexion, et à la recherche. J’avouerai avoir beaucoup aimé le fait qu’il faille que je me renseigne sur la politique de l’époque, les moeurs de l’époque aussi (même si j’en avais quelques rudiments). Cela m’a permis de m’épanouir librement, de m’initier en quelque sorte à la recherche scientifique. J’ai appris à structurer ma pensée grâce à ce livre aussi puisqu’il m’a permis de voir les difficultés de compréhension que pourrait avoir l’auditoire/ le lecteur lorsque celle-ci est désordonnée et confuse.

Pour cela, je trouve que ce livre pourrait très bien intéresser toutes les générations. Mais elles peuvent être aussi attiré par la philosophie qui se dégage de ce livre. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce livre se lit avec une aisance et une facilité déconcertante, et ce à la fois grâce au fait que la plus longue des pensées fait une demie page, mais aussi grâce au fait que chaque pensées sont tournées de telle manière à être devant quelqu’un qui nous parle de part la similarité de la ponctuation, et du niveau de langue.

 

La seconde partie cependant, mpage35-2288px-Barbey_d_Aurevilly_-_Pensées_détachées,_1889.djvuême si les mœurs ont changés depuis, peut décontenancer certaines personnes. Les femmes y sont traitées à la fois avec un respect des plus grands, comme elles pouvaient être traitées telle une « sous-race » et non comme égale à l’homme. Les féministes crieraient donc au scandale mais quand on y réfléchit bien, et qu’on sait que Barbey aimait faire des critiques de la société, notre vision sur les pensées de c
et homme changent totalement. Cela ne reste certes pas tendre avec les femmes, mais l’on peut se dire que ce n’était point sa vision mais plutôt celle de la société de son époque. Quasiment tout du long de cette partie, je me suis senti outré et choqué de ce que les gens pouvaient penser des femmes, même si je sais qu’aujourd’hui il pourrait rester dans le monde des personnes avec certaines pensées pouvant être aussi dures sur les femmes et cela me désole. Certaines pensées, je ne m’en cache pas, m’ont fait rire soit par l’idée que je trouvais désuète, soit par la formulation de celle-ci. Tandis que d’autres m’ont aussi fait des fois sourire par le respect qui y était transmis.

En quelques mots, même si vous n’aimez pas la philosophie ou l’histoire, cet ouvrage pourrait vous intéresser par les critiques faites de la société qui peuvent encore être valables si l’on ne changeait que quelques infimes détails. Mais ne vous contentez surtout pas de ne le lire qu’une seule fois, mais plutôt deux ou trois fois. Cela permettrait d’essayer de lire l’oeuvre de plusieurs manières différentes.

Mes Citations :

 

Le plaisir est le bonheur des fous, le bonheur est le plaisir des sages.

 

La plus belle destinée : avoir du génie et être obscur.

 

Être belle et aimée, ce n’est être que femme ; être laide et savoir se faire aimer, c’est être princesse.
~Fragments sur les femmes.

 

Et vous ? Avez-vous lu ce livre? Ou un livre de cet auteur?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s