Nathalie Nguyen

Copyright_Charly_Deslandes

Copyright Charly Deslandes

 

Restaurant Pitaya_Tours

Tout d’abord je tiens à remercier Nathalie Nguyen de m’avoir accordé du temps afin de répondre à mes questions. Je tiens à rappeler qu’elle est la propriétaire de la chaîne de Restaurants Pitaya signature(dont le lien pour le site est ici).

Pour ceux qui ne la connaissent pas, c’est une candidate de la saison 2 de MasterChef, malheureusement elle n’a pas pu aller au delà de la demie-finale (c’était trop triste). Maintenant elle anime Toque Show sur M6 durant la semaine avec Norbert Tarayre et d’autres cuisiniers de renom. De même que vous pouvez la retrouver sur SnapChat chez Tastemade.

  • Les Loisirs de la Vie : Quand a eu lieu votre déclic sur la vocation ?
Nathalie Nguyen:  » Je suis issue d’une famille de cuisiniers de rue au Vietnam. Ma mère m’a naturellement appris à cuisiner, mais elle m’a autant appris à repasser, à faire le ménager, à tisser… Le but était surtout d’être une bonne femme à épouser ! J’avoue que j’ai très rapidement eu une sorte d’obsession envers la cuisine, je gardais tout mon argent de poche pour découvrir de nouvelles pâtisseries, pour aller au restaurant… Chez moi, on mangeait tout le temps de la cuisine asiatique. J’apprenais la cuisine française en m’offrant dès que je pouvais de nouvelles découvertes. J’ai donc des souvenirs très nets, comme ma première religieuse au chocolat, ma première raie au beurre noisette, mon premier boudin noir… « 
  • LDLV : Être une femme chef parmi les hommes, n’est-ce pas trop difficile ? Car quand on parle de Chef, la plupart des gens pensent à des hommes avec des toques dans des cuisines.

NN :  » Ce n’est pas évident. J’ai pourtant eu la chance car je fais parti de cette génération

Copyright_Perla_Maarek_1

Copyright Perla Maarek

de chef médiatique, issue des projecteurs télévisés. Mais c’est néanmoins très particulier de se retrouver dans des cuisines d’hommes et de montrer qu’on est légitime. Je ne suis pas féministe. Je crois en nos différences et je crois aussi que l’on se complète. Je n’aurais jamais la force ni la technicité d’un homme, mais je suis certaine pour autant d’avoir la meilleure logistique et de voir les problèmes cachés. En tout cas, personnellement, je sais que j’ai besoin d’hommes pour avancer.  »

  • LDLV : Votre cuisine est colorée et pleine de style, est-ce votre style dans la vie de tous les jours ou votre cuisine reflète juste votre état d’esprit du moment ? Quelles sont vos inspirations pour votre cuisine ? Qu’est-ce que vous aimez dans la cuisine en restaurant ?
Copyright_Perla_Maarek_4

Copyright Perla Maarek

NN :  » Ma cuisine est forcément issue de mes origines et de mes racines. C’est plus fort que moi ! Même quand je cuisine une blanquette de veau, elle aura une touche d’Asie. Mais ma cuisine de tous les jours, c’est surtout une cuisine pratique, une cuisine de saison, une cuisine pleine d’astuces et équilibrée. Je suis une femme active et je ne me permets pas plus de 30mn de cuisine tous les soirs. Mon but est de surtout de partager à table un moment convivial et de rester avec mes invités. Cette cuisine se reflete même dans mes restaurants. C’est pour cela que j’aime la street-food, la cuisine de rue, et que mes restaurants Pitaya fonctionnent ainsi : ça ne doit pas prendre beaucoup de temps pour bien manger ! Tout est cuisiné devant le client rapidement, la chaleur vive d’un wok suffit à saisir mes ingrédients, je garde ainsi toutes les qualités nutritives de mes produits. Et puis surtout, du goût, du goût, du goût.

Après Masterchef, je m’étais rendue compte que j’étais frustrée entre 4 murs de cuisine sans voir les clients dans des établissements étoilés. J’avais besoin de faire éclater les murs, et de remettre en avant les fondamentaux de ma cuisine : le partage. Dans les Pitaya, les cuisiniers sont en salle, avec les clients. On partage ce moment. « 
  • LDLV : Vous arrive-t-il de bouloir tester des nouveautés en cuisine sachant pertinemment que cela ne peut pas se marier ou plutôt opter pour la carte de la sécurité ? La cuisine c’est comme la science, beaucoup d’expérience, patience et précision, n’est-ce pas ?

NN :  » Il n’y a pas de secret 😉 A force de cuisiner, on construit une palette incroyable dans

BeefThai_3

Bœuf Thaï

son cerveau qui nous permet de savoir ce qui va ensemble et ce qui ne va pas ensemble. Pour réussir ses tests, il faut savoir décrire le produit en un mot. On sait par exemple que l’acidité casse le gras et que le gras aime le sucre.

L’acidité peut être du citron, du vinaigre, le gras peut-être un foie gras, un magret, du beurre, le sucre peut être un fruit, un caramel, une pincée de sucre.
Donc naturellement, un foie gras au citron vert avec des dés de poire, c’est forcément canon 😉
Tout ça, c’est de la chimie, et beaucoup de tests. Mais ça reste très logique.  « 
  • LDLV : Avez-vous un chef favori ? Pour ma part il y en a trois. J’ai toujours aimé Cyril Lignac et Jean-Pierre Coffe et ce depuis ma plus tendre enfance. Puis dès que je vous ai vu à Masterchef j’ai commencé à suivre un peu ce que vous faisiez.
NN :  » Mon dieu de la cuisine pour moi, c’est William Ledeuil ! J’ai découvert sa cuisine à 21 ans, avant de faire Masterchef et je me souviens d’avoir vécu une claque incroyable. Ce chef utilise beaucoup d’ingrédients, d’agrumes, d’épices asiatiques. Et il avait réussi à me bouleverser en me rappelant des souvenirs culinaires de ma mère tout en élevant tout un stade au dessus. C’était magnifique et j’aime depuis y retourner régulièrement. C’est là que je me suis dit que j’aimerais vraiment, vraiment me reconvertir. « 
  • LDLV : Je sais que vous avez écrit plusieurs livres de cuisine, mais est-il difficile de faire comprendre à un public pas forcément dans ce domaine, les méthodes à utiliser pour les recettes? 

Entre des tournages d’émissions, vos restaurants, etc, avez-vous le temps de lire un peu ? Auriez-vous des auteurs ou des livres favoris à nous faire partager ?

Les-recettes-du-camion-bolNN :  » Il n’est pas du tout difficile pour moi de rédiger un livre de cuisine 🙂 Je suis de formation autodidacte, donc en vérité, quand je cuisine chez moi, je ne parle pas de « blanchir », de « chemiser », «  d’anglaise »… Ce sont des termes que j’ai appris en me professionnalisant et en passant mes CAP mais c’est en vérité loin d’être naturel pour moi. Je collectionne les livres de cuisine chez moi. J’ai trois grandes bibliothèques remplies de livres de cuisine et j’espère désespérément de me calmer ! Avant, j’achetais des livres de cuisine de manière très impulsive. Aujourd’hui, j’attends vraiment « l’histoire », le fait d’être allé chez un chef de cuisine, d’avoir partagé un moment particulier avec lui, d’avoir voyagé…
Sinon niveau lecture, je n’ai hélas plus le temps de lire mais j’avoue avoir un gros penchant pour les livres policiers. Cela fait plusieurs années que je suis assidûment les sorties d’Harlan Coben et vouer un culte pour un de ses personnages récurrents, Myron Bolitar. « 
  • LDLV : En tout cas, merci beaucoup d’avoir répondu à toutes mes questions de manière aussi détaillée. Et bonne journée.
Copyright_Perla_Maarek_2.jpg

Copyright Perla Maarek

Merci à vous d’avoir lu cette interview jusqu’au bout. Ce concept me plaît énormément car nous connaissons essentiellement les célébrités/cuisiniers/ … pour leur travail, mais certaines personnes peuvent aimer la lecture et nous faire découvrir des nouveaux auteurs, ou des nouveaux livres.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s